Il a fallu une pandémie pour que l’impression 3D ait sa position méritée !

La technique d’impression 3D a été initialement introduite en 1981. Ceci dit, 39 ans après sa première apparition, il y a toujours des gens qui n’ont jamais entendu parler de cette technologie et même ceux qui sont familiarisés par le concept ne comprennent ni comment ça marche ni ce qu’ils peuvent faire avec ça. Si l’impression 3D a longtemps été présentée comme une véritable révolution industrielle, nous n’avons encore jamais ressentis de transition majeure allant dans ce sens. Toutefois tout a changé il y a quelques semaines, avec le déclenchement de la Covid-19, on a commencé à parler de plus en plus de l’impression 3D. Avec les perturbations des chaînes d’approvisionnement classiques, le manque des équipements médicaux: les valves des machines respiratoires, les masques et les visières de protection, le corps médical s’est trouvé face à une pandémie sans être prêts à 100%. Pour faire face à la COVID-19, une vague mondiale de fablabs, de sociétés et de fabricants s’est précipitée pour combler la pénurie d’équipements médicaux. Tout a commencé en Italie, quand le fondateur du Fablab de Milan, Massimo Temporelli, a eu l’idée d’intégrer la production additive dans la fabrication des valves respiratoires pour aider les hôpitaux. Plusieurs pays ont suivi ce courant, notamment la Chine, l’Angleterre, la Turquie, le Kenya…. En Tunisie, plusieurs fablabs, écoles d’ingénieurs et startups ont rejoint la guerre contre la covid-19. Nous, SeekMake, étions parmis eux, fabriquant des masques en imprimés en 3D comme suit: (photo masque noir) Mais aussi les masques et les visières en fusionnant l’impression 3D avec la découpe laser. Nous avons fait un don des produits fabriqués auprès des hôpitaux de Nabeul pour assurer la protection des “blouses blanches”. En six semaines, des dizaines de milliers de pièces ont été imprimées qui a permis de sauver des vies et de protéger les travailleurs de première ligne. Les avantages principaux de cette technologie, par rapport aux techniques de fabrication traditionnelles : Le prototypage est plus rapide, la personnalisation est plus facile et les machines peuvent être installées presque partout, ce qui signifie que vous pouvez produire beaucoup plus près de l’endroit où les produits doivent aller. Les grandes entreprises, eux aussi, ont unis leurs efforts, notamment HP qui a mis sur pied un groupe de travail dédié à la production de matériel pour lutter contre le Covid-19. Avec ses milliers d’imprimantes 3D, l’entreprise est désormais capable de concevoir et de fabriquer des produits pouvant être imprimés à une échelle industrielle, essentiellement la conception d’écouvillons nasaux, une pièce indispensable pour tester les populations. Résultat: 1,5 million de produits ont été imprimés en 3D. L’impression 3D a cet avantage majeur de pouvoir s’adapter rapidement et produire les pièces nécessaires à un moment précis, comme c’est le cas aujourd’hui.
One Comment

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *